French
COP21 I&P Environnement
Date: 08/10/2015

 

Les 195 Etats attendus pour la COP 21 de décembre 2015 avaient jusqu’au 1er octobre pour annoncer leurs plans de réduction de gaz à effet de serre. La très grande majorité des Etats Africains ont respecté ce délai.  « Les États africains ont joué le jeu de l’atténuation alors qu’ils étaient davantage attendus sur le terrain de l’adaptation au réchauffement climatique », explique Imène Ben Rabat d’Expertise France (propos rapporté dans Jeune Afrique)

 

 

 

Le coût du changement climatique pour le continent africain

D’après Marion Richard, du Réseau action climat, le coût du changement climatique pour les pays africains est estimé entre 7 et 15 milliards de dollars par an. Le Point Afrique a interviewé le Congolais Tosi Mpanu-Mpanu, membre de la Task Force Climat RDC, à ce sujet : ‘’L'Afrique et son milliard d'habitants ne sont responsables que de 3 à 4 % des émissions mondiales de gaz à effet de serre. Pourtant, l'Afrique paie la note la plus salée : érosion des côtes, disparition de la mangrove, pluies de plus en plus erratiques qui bouleversent l'agriculture, diminuent la production agricole, accélèrent la désertification.’’

Comme l’estime le Dr. Hanne Knaepen member du Think Tank European Centre for Development Policy Management: “L’agriculture et la préservation des terres sont des composantes majeures pour assurer la sécurité alimentaire et la croissance économique en Afrique. Cela implique un réel besoin d’adaptation aux impacts négatifs du changement climatique, particulièrement pour les Pays les Moins Avancés”

D’après les estimations du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), le réchauffement de la majorité du territoire africain s’est élevé à 0,7 °C au cours du XXe siècle. Les évènements extrêmes, comme les inondations et les sécheresses, surviennent plus souvent et avec une gravité croissante.

 

Une opportunité de développement ?

Toujours d’après Tosi Mpanu-Mpanu, l’Afrique ne doit pas et ne veut pas se confiner dans une posture de victime : ‘’Un de nos grands soucis est de transformer le changement climatique en opportunité de développement : la COP21 doit nous donner les moyens de nous adapter à la situation. Le continent noir est un réservoir considérable d'énergies de substitution, nous avons le soleil, le vent, la biomasse...’’

 

L’enjeu de l’allocation  des ressources

Le financement des projets proposés par les Etats est l’un des axes majeurs des négociations à venir. la plupart des pays africains ont ainsi ajouté des engagements ‘’conditionnels’’ à leurs promesses, dont la réalisation dépendra de l’aide internationale, notamment via le Fond Vert pour le climat. Le projet de l’Ethiopie par exemple est coûteux et particulièrement conditionné à l’aide financière internationale, comme le souligne Jeune Afrique. La question de ce financement Nord-Sud sera un des principaux enjeux au cœur des négociations à Paris.

 

 

En savoir plus sur le sujet


• Osman-Elasha, B. "Impacts des changements climatiques, adaptation et liens avec le développement durable en Afrique.", FAO, octobre 2015

• "COP21 : Ce qu'il faut savoir des engagements africains pour le climat’’, Jeune Afrique, octobre 2015

• "COP 21 : Que révèlent les contributions nationales africaines ?’’, RFI, août 2015

• "COP21 : Quatre nouveaux pays africains ont annoncé leurs plans de réduction de gaz à effet de serre", Jeune Afrique, août 2015

• "L'Afrique sera motrice de son propre développement durable ! ", Ideas for Development, février 2015

• "COP21 - Fatima Denton : « Le Fonds vert de l'ONU pour le Climat n'est pas suffisant » ", Jeune Afrique, Septembre 2015

• "Africa: High Stakes for the EU and Africa - Cop21 Position", AllAfrica.com, septembre 2015

• Cochran, Ian, and Romain Morel, "Sur la Route des 100 Milliards de Dollars pour le climat?",  Le Huffington Post, octobre 2015

• Pour une liste des plans soumis : INDC Submissions