French
Date: 27/10/2016

 

Investisseurs & Partenaires (I&P) et la Fondation pour les Études et Recherches sur le Développement International (FERDI) publient une étude  intitulée « Investir dans le développement en Afrique : comment l’investissement d’impact contribue aux Objectifs de Développement Durable (ODD) en Afrique ».

Cette étude démontre que l’investissement d’impact offre des opportunités de croissance multiples et diversifiées sur le continent africain, celles-ci s’inscrivant pour la grande majorité dans le nouvel Agenda du Développement.

 

Version française

Version anglaise

Résumé Exécutif (en anglais)

 

Les investisseurs d'impact sont au premier rang pour relever les défis du développement

Dans le cadre des Objectifs de Développement Durable (ODD), les Nations Unies ont lancé un appel pressant au secteur privé, considéré comme un acteur essentiel dans la réalisation de ces objectifs. « En raison de leur engagement à obtenir simultanément un retour financier et à générer des impacts sociaux et environnementaux tangibles, ceux que l’on appelle les investisseurs d’impact ont un positionnement unique pour investir dans des entreprises africaines qui participent aux ODD», analyse Patrick Guillaumont, Président de la FERDI. Parallèlement, ces objectifs mondiaux peuvent permettre d’unifier le langage utilisé parmi les investisseurs d’impact, simplifiant le dialogue avec les investisseurs et offrant un cadre de communication pour mettre en avant les impacts des entreprises qu’ils financent.

Dans l’étude, ces ODD ont été regroupés en 8 grands domaines d’investissement où le secteur privé peut jouer un rôle clé. Il s’agit de la lutte contre la pauvreté et les inégalités ; l’agriculture, la nutrition et la sécurité alimentaire ; la santé, l’eau et l’assainissement ; l’éducation ; l’énergie ; les infrastructures et l’innovation ; les villes durables ; et l’environnement et la biodiversité. Pour chacun de ces domaines, l’étude évoque le contexte africain, les besoins d’investissements pour atteindre l’objectif, le rôle potentiel du secteur privé et comment les investisseurs d’impact peuvent contribuer à cet objectif.

 

Des secteurs et des pays inégalement bénéficiaires de l'investissement d'impact en Afrique

En 2015, l’investissement d’impact représentait près de 77 milliards de dollars d’actifs sous gestion, dont la moitié dans les pays en développement et 19 % en Afrique Subsaharienne (sources : GIIN, JP Morgan). Sur la dernière décennie, près de 7,3 milliards de dollars d’investissements d’impact ont été effectués dans cette région : 5,6 milliards dans la région Sud-africaine, 1,4 milliard en Afrique de l’Est et 221 millions en Afrique de l’Ouest. « Cette zone subsaharienne apparaît comme la région où les investisseurs prévoient le plus d’accroître leurs allocations, suivie par l’Asie de l’Est et du Sud-Est», explique Samuel Monteiro, l’auteur de l’étude.

« Il est important que les investisseurs d’impact se positionnent sur tous les secteurs d’activités pour à la fois lutter contre la pauvreté, créer des emplois décents, promouvoir l’agriculture, améliorer les accès aux besoins et services essentiels (santé, éducation, habitat, eau, électricité...) et ceci sur l’ensemble des géographies », résume Jean-Michel Severino, président d’Investisseurs et Partenaires (I&P). « Il est possible d’élaborer des modèles d’investissements créant de la valeur et ayant de véritables impacts tangibles et mesurables pour les populations», conclut-il.

 

A propos

Investisseurs & Partenaires (I&P) est un groupe d’impact investment dédié aux petites et moyennes entreprises d’Afrique Subsaharienne, acteurs clés d’une croissance durable et inclusive sur le continent. Fondé par Patrice Hoppenot en 2002 et dirigé par Jean‐Michel Severino depuis 2011, I&P compte une trentaine de collaborateurs présents à Paris et dans six bureaux africains au Cameroun, en Côte d’Ivoire, au Sénégal, au Ghana, au Burkina Faso et à Madagascar.

Acteur pionnier de l’investissement d’impact en Afrique, Investisseurs & Partenaires a développé un modèle unique en gérant 3 fonds d’impact (IPDEV1, IPDEV2 et IPAE) qui représentent un total de 75 millions d’euros. I&P a ainsi accompagné une soixantaine de petites et moyennes entreprises (PME) réparties dans 15 pays en apportant des financements de long terme (entre 30 000 et 1,5 million d’euros) ainsi qu’un soutien stratégique, managérial et technique.

 

La Fondation pour les Etudes et Recherches sur le Développement International (FERDI) vise à favoriser la compréhension du développement économique international et des facteurs qui l’influencent. Elle soutient les activités de recherche utilisant les instruments les plus modernes et les plus pertinents de la science économique pour l’étude du développement et tend à renforcer le potentiel francophone en la matière.