French
Date: 11/10/2020

 

Lancé en 2014, l’African Management Institute (AMI) était l’une des premières entreprises à rejoindre le portefeuille du fonds I&P Afrique Entrepreneurs 2. AMI propose une offre pionnière de formations professionnelles à destination des entrepreneurs et managers africains.

I&P a rencontré Rebecca Harrison, co-fondatrice et Directrice d’AMI. Elle revient sur l’histoire et les développements les plus récents de l’entreprise, nombreux à l’heure de la crise Covid-19.

 

 

Est-ce que vous pouvez nous en dire plus sur la mission et l’histoire d’AMI ?

Cela fait six ans qu’AMI est en activité, poursuivant sa mission d’apporter aux entrepreneurs et managers Africains les outils et compétences nécessaires au déploiement de leurs entreprises et à la création d’emplois.

Démarrer AMI a été un véritable tournant professionnel. Je travaillais en tant que journaliste en Afrique du Sud, couvrant plusieurs pays du continent. À travers cette expérience, j’ai observé l’impact considérable que peut jouer un secteur privé dynamique, à même de créer des emplois de qualité amenant prospérité et dignité. J’ai quitté mon travail et obtenu un MBA en entrepreneuriat au Gordon Institute of Business Science, où j’ai rencontré Jonathan Cook, alors Directeur de l’école.

Jonathan Cook et moi avons co-fondé AMI quelques années plus tard, animés par la même conviction : comment réinventer la formation professionnelle pour déployer le plein potentiel des entrepreneurs et managers africains ? Il y avait un véritable fossé à combler, aucun autre acteur n’apportant à l’époque une approche concrète et adaptée aux réalités du marché africain.

 

Comment AMI fonctionne-t-il aujourd’hui ?

Le modèle d’apprentissage d’AMI est basé sur une méthode combinant apprentissage en ligne et ateliers interactifs, avec la possibilité de mettre en place des outils pratiques sur le lieu de travail et dans l’entreprise. Les ateliers sont aujourd’hui organisés virtuellement du fait de la Covid-19, mais nous restons convaincus que l’interaction humaine et l’apprentissage entre pairs, en présentiel ou en virtuel, est un élément essentiel de nos programmes !

À ce jour, les programmes d’AMI ont été suivis par plus de 30 000 personnes, basés à travers le continent africain. Nos programmes sont proposés en plusieurs langues (anglais, français, swahili, arabe…). Nous étendons progressivement notre portée en Afrique francophone et nous proposons de plus en plus de programmes en français, à l’image de notre contribution au SIBC, en partenariat avec I&P.

L’équipe d’AMI s’agrandit progressivement, et compte aujourd’hui une trentaine de personnes basées dans 3 bureaux (Afrique du Sud, Kenya, Rwanda). Nous recrutons actuellement un représentant local pour la zone Afrique de l’Ouest francophone, tout en renforçant les équipes existantes. (Cliquez ici pour accéder aux offres d’emplois d’AMI).

 

Les programmes d’AMI ont été suivis par plus de 30 000 personnes à ce jour, basés à travers le continent africain.

 

Comment s’est faite la rencontre avec Investisseurs & Partenaires ?

J’ai rencontré I&P pour la première fois lors d’un événément organsisé par l’ANDE (Aspen Network of Development Entrepreneurs). Je me rappelle avoir été très impressionnée et enthousiaste en découvrant tout ce qu’I&P avait accompli depuis 2002, soutenant une centaine d’entrepreneurs africains, investissant dans des marchés réputés ‘’difficiles’’, ayant déjà réalisé plusieurs sorties…

I&P a investi dans AMI en 2018, au moment même où nous étions dans cette phase difficile entre financement d’amorçage et financement de série A. On devait à l’époque encore prouver notre business model et devenir positif en termes de cash-flow. Grâce au financement et à l’appui d’I&P, AMI a pu renforcer la plateforme en ligne utilisée pour les formations, se déployer sur de nouveaux marchés et agrandir son équipe. Nous avons presque quadruplé nos revenus depuis qu'I&P a investi et plus que doublé la taille de l'équipe. Nous avons également investi dans notre stratégie de marque pour mieux refléter notre vision et toucher plus d'entrepreneurs. 

 

AMI a réagi très rapidement à la crise du Covid-19, qui a commencé à impacter le continent en mars. En quoi a consisté votre réponse immédiate ?

Quand la crise a commencé à toucher le Kenya, nous avons tout de suite compris que cela signifiait le début d’une phase extrêmement compliquée pour les PME que nous soutenons à travers nos programmes. Nous avons mis nos activités en pause pour se poser les bonnes questions : de quoi les PME ont besoin ? Quels sont leurs enjeux les plus urgents ? Les enjeux variaient évidemment d’un secteur à l’autre, mais un point commun réunissait toutes ces petites entreprises : le besoin critique d’avoir suffisamment de liquidités.

Cette situation était nouvelle pour tout le monde, aucun manuel ne pouvait apprendre à un entrepreneur comment survivre à une pandémie mondiale ! Nous avons très rapidement mis sur pied notre “Business survival bootcamp”, que nous avons animé gratuitement pendant quelques mois, en français, anglais et Kinyarwanda, touchant plus de 1300 petites entreprises dans pratiquement tous les pays d’Afrique. L’objectif du bootcamp était d’équiper les petites entreprises avec les outils pratiques pour faire face à cette crise : comment procéder à une évaluation des risques ? comment prévoir les flux de trésorerie ? Comment réduire les coûts pour assurer la survie ? Comment identifier et pivoter vers de nouvelles opportunités?

En période de crise, il est par ailleurs tout aussi important d’apporter un soutien émotionnel et psychologique. Nous avons ainsi lancé un programme quotidien de méditation de 15 minutes, spécialement conçu pour les entrepreneurs. Plus de 200 entrepreneurs suivent ce programme, qui continue à se dérouler, sur un rythme hebdomadaire.

 

Cette situation était nouvelle pour tout le monde, aucun manuel ne pouvait apprendre à un entrepreneur comment survivre à une pandémie mondiale !

 

Comment gérer vous la crise qui perdure aujourd’hui ? Quels seront selon vous ses effets sur le moyen et long-terme ?

Notre ”Business survival bootcamp” était une réponse nécessaire et immédiate à la crise, mais aujourd’hui nous adaptons nos programmes à la nouvelle “normalité” qui s’installe. Nous avons notamment lancé le programme “Survive to thrive”, conçu sur une durée de six mois pour fournir aux entrepreneurs les outils, compétences et stratégies nécessaires pour faire face aux défis et aux opportunités présentés par la crise du Covid-19. Le programme est toujours ouvert aux applications, et nous encourageons notamment les femmes entrepreneures à candidater !

Nous avons démarré plusieurs initiatives pour aider les dirigeants de PME à traverser cette période difficile. Nous avons lancé la newsletter “Thrive”, qui apporte chaque semaine des informations et ressources utiles aux entrepreneurs. Nous organisons également des interviews mensuelles sur Facebook, nous permettant d’avoir des conversations plus approfondies avec les entrepreneurs, ainsi que des événements mensuels de réseautage virtuel pour aider les entrepreneurs à se connecter avec d'autres personnes sur le continent.

La crise du Covid-19 a en réalité ouvert de nouvelles opportunités, notamment car elle a considérablement accéléré le processus de digitalisation. Nous avons d’abord pensé que ce serait temporaire, mais les sessions en ligne présentent des avantages non négligeables pour les participants, qui peuvent plus facilement s’organiser pour y participer. Nous remarquons que les participants apprécient tout particulièrement le fait de pouvoir échanger avec d’autres entrepreneurs opérant sur le reste du continent. C’est l’un des impacts positifs nés de la crise : la possibilité de mettre en relation des entrepreneurs opérant dans le même secteur d’activité à travers le continent. Ils et elles ont beaucoup à partager et ces connexions sont pour eux d’une grande richesse !

Nous sommes impatients de voir comment ce réseau numérique panafricain d'entrepreneurs va évoluer et se développer, et nous nous réjouissons d'accueillir les PME dans le réseau I&P !

 

La crise du Covid-19 a en réalité ouvert de nouvelles opportunités, notamment car elle a considérablement accéléré le processus de digitalisation. C’est l’un des impacts positifs nés de la crise : la possibilité de mettre en relation des entrepreneurs opérant dans le même secteur d’activité à travers le continent. Ils et elles ont beaucoup à partager et ces connexions sont pour eux d’une grande richesse !

 

L'émission #AfricaThriveLive d'AMI, diffusée en direct sur YouTube, LinkedIn et Facebook, présente des conversations avec des entrepreneurs ambitieux de tout le continent. Dans cet épisode, "Utiliser l'histoire de votre marque pour atteindre les clients", les co-animatrices de l'AMI, Irene Okoye (Afrique du Sud) et Naomi Kirungu (Kenya) se sont entretenues avec la participante au programme AMI "Survive to Thrive", Irene Keino (Kenya) et l'expert en stratégie de marque Rorisang Setlogelo (Afrique du Sud).  

 


Pour aller plus loin

• Site internet d'AMI

• Fiche entreprise sur le site d'I&P

• Les ressources citées dans l'article :