French
Date: 22/04/2020

 

I&P accompagne Africa Radio depuis 2016, une radio panafricaine et indépendante bien connue de la diaspora africaine (anciennement Africa N°1) et en cours de déploiement dans les pays d’Afrique francophone.

Africa Radio s’est fortement mobilisée dans la lutte contre le Covid-19, comme nous le raconte Dominique Guihot, Président Directeur Général.

Cliquez ici pour accéder au site d'Africa Radio

 

 

 
Dès le début de la crise, Africa Radio a multiplié les actions pour informer les populations. Vous considérez cela comme une mission particulière à votre activité ? 

Absolument, c’est un rôle qu’un média panafricain comme le nôtre doit tenir. Nous nous devons de garder le fil avec les auditeurs, d’autant plus en période de crise, où prolifère les incertitudes, les angoisses, mais aussi les fausses informations. Nous sommes là pour informer, prévenir, mais aussi rassurer. C’est absolument indispensable : l’absence d’informations, ou la circulation de mauvaises informations, est finalement ce qu’il y a de plus stressant dans une telle période.

Notre devoir est d’informer les auditeurs dans chaque pays, où la situation évolue différemment. Les médias traditionnels sont vraiment essentiels, et je pense aussi que la radio occupe une place particulière. C’est un média de proximité, il faut montrer que nous sommes là, garder et renforcer les liens avec les auditeurs.

 

"L’absence d’informations, ou la circulation de mauvaises informations, est ce qu’il y a de plus angoissant dans une telle période. C'est notre devoir d'informer, de garder le fil avec les auditeurs."

 

Comment avez-vous adapté vos programmes pour répondre à ce besoin d’informations et garder le lien avec les auditeurs ?

La situation actuelle est unique à plusieurs niveaux. D’une part, c’est une information mondiale. À quelques semaines d’écart, le monde entier vit la même situation. C’est absolument inédit. D’autre part, les mesures de confinement ont modifié les habitudes des auditeurs par rapport à la radio : ils sont à la maison, souvent en famille.

Nous avons renforcé les bulletins d’information, qui ont lieu désormais toutes les 30 minutes. Les informations sur la santé et les mesures de prévention occupent évidemment une place primordiale dans nos programmes actuels. Nous bénéficions sur ce secteur d’une bonne expérience, Africa Radio étant engagé depuis plus de 20 ans pour la lutte contre le sida. Cette expérience nous a donné un cadre : nous avions déjà identifié un réseau de médecins référents en Afrique et nous avons les bons réflexes pour élaborer des messages de prévention pédagogiques. Nous avons renforcé notre partenariat avec Santé Publique France et chaque semaine, nous proposons un « rendez-vous santé » aux auditeurs, avec des spécialistes basés en France et en Afrique.

Nous développons des messages audios et vidéos ciblés sur les mesures de prévention et les bonnes pratiques à adopter, et nous démarrons d’ailleurs cette semaine des messages « gestes barrières » en six langues africaines que nous diffuserons en alternance, produits en partenariat avec la société de production malienne SAOKISS PICTURE.

Nous essayons également d’accompagner aux mieux cette période très particulière de confinement, avec des conseils sportifs, des conseils psychologiques… Nous avons développé des programmes adaptés pour les enfants, aves des propositions de lecture et un accompagnement pédagogique. Et nous diffusons chaque jour un conte, raconté par le conteur ivoirien Ange Grah dans l’émission « La Part des Anges », qui nous espérons peut rassembler petits et grands !

 

Des rendez-vous santé avec les auditeurs et des messages de prévention pour lutter contre la propagation du virus

 

Comment vous organisez-vous en interne pour assurer à la fois la continuité des programmes et la sécurité de votre équipe ?

L’organisation interne a été un véritable enjeu. Toute l’équipe est en télétravail, et un ou une journaliste vient chaque jour dans les locaux pour gérer le journal des auditeurs. Je viens moi-même quotidiennement dans les locaux pour gérer l’intendance. Nous n’avons jamais été aussi éloignés physiquement les uns des autres, mais paradoxalement cela a fortement soudé l’équipe.

 

Une équipe qui a par ailleurs été fortement touchée et mobilisée par un événement récent lié au Covid-19 : la disparition de Manu Dibango…

Manu Dibango est décédé du Covid-19 le 24 mars, après plusieurs semaines d’hospitalisation. C’est un événement tragique qui nous a en effet tous fortement impacté chez Africa Radio. Il animait une émission de musique depuis plus de 20 ans, tout le monde le côtoyait chaque semaine. Son absence est douloureuse.

Nous tâchons d’être à la hauteur de l’artiste, et à la hauteur de l’homme. Nous diffusons les concerts que nous avions produit ensemble, nous transmettons les nombreux hommages que lui ont rendu les artistes de par le monde… Depuis peu nous avons mis en place une nouvelle émission, "À l’ombre du baobab", où Manu Dibango se raconte dans une série d’entretiens. Nous avions enregistré ensemble ces conversations dans nos studios parisiens en 2008, mais elles n’avaient encore jamais été diffusées. Je suis heureux de pouvoir les transmettre aujourd’hui, c’est un bel hommage, plein de vie !

"Nous tâchons d’être à la hauteur de l’artiste, et à la hauteur de l’homme."

 

      
Une nouvelle émission consacrée à Manu Dibango, avec des entretiens inédits                                                         Dominique Guihot et Manu Dibango
 
 

ALLER PLUS LOIN

I&P rend hommage à Manu Dibango

Fiche d'Africa Radio

► Accéder au site d'Africa Radio