French
Date: 18/10/2019

 

Quelques mois après avoir conduit deux études de terrain auprès de plusieurs centaines d’employés, à Madagascar et au Sénégal, I&P publie un rapport synthétique sur les enjeux et impacts de la formalisation des PME en Afrique Subsaharienne.

Ce rapport est avant tout un document pratique à destination des entrepreneurs qui souhaitent se formaliser et aux investisseurs et gouvernements africains qui cherchent à promouvoir un secteur entrepreneurial formel.

Télécharger le rapport

 

Pourquoi s’intéresser à ce sujet ?

Dès sa création en 2002, I&P a pris le parti de promouvoir des petites et moyennes entreprises formelles, convaincu que la formalisation était indispensable au développement de l’entreprise sur le long-terme et porteur de nombreux avantages pour ses salariés. Mais au fil des années, I&P a constaté à quel point le processus de formalisation pouvait être complexe et difficile, voire, dans certains cas, impossible à mener.

I&P a donc conduit des études de terrain et publié ce rapport synthétique pour faire le point sur le sujet et partager les principales leçons d’expérience. Le rapport s’intéresse à un aspect rarement analysé et partagé : les défis pratiques du cheminement des entreprises vers la formalisation.

C’est là que notre métier d’investisseur nous donne accès à des savoirs et des savoir-faire uniques, essentiels pour comprendre comment les entreprises et leurs salariés regardent les politiques publiques, mais aussi quelles sont les bonnes pratiques pour conduire concrètement une entreprise vers une formalisation réussie. Cette étude intéressera donc les entrepreneurs s’engageant dans une telle démarche, tout autant que les investisseurs privés et publics qui ont à faire face aux enjeux de la sortie de l’informel. Nous espérons également que ce travail inspirera des gouvernements africains, des agences de développement ou des chercheurs.

 

Axes clés du rapport : entrepreneurs et employés

Le rapport est conçu en trois parties :

Une première partie explicative pour mieux comprendre l’informalité, à l’aide de concepts clés et de données chiffrées. Il est ainsi rappelé que si l’informalité existe sur tous les continents, elle est particulièrement élevée en Afrique Subsaharienne, où plus de 89% des emplois sont informels (OIT, 2018).

La deuxième partie se focalise sur les entreprises et les entrepreneur.e.s. Tout en analysant les avantages de la formalisation pour l’entreprise, nous rappelons qu’il existe plusieurs raisons expliquant le choix de l’informalité. Cette partie donne la parole aux entrepreneurs, avec plusieurs témoignages. Elle présente aussi la méthodologie progressivement mise en place par I&P pour accompagner l’entreprise dans son processus de formalisation.

La troisième partie s’intéresse aux employé.e.s des PME et cherche à comprendre les impacts – positifs et négatifs – que représentent pour eux et elles un emploi formel par rapport à un emploi informel.

 

 

 

Référence : deux études I&P/FERDI sur l’informalité à Madagascar et au Sénégal

Entre août et octobre 2018, Investisseurs & Partenaires (I&P) et la Fondation pour les Etudes et Recherches pour le Développement International (FERDI) ont réalisé deux études portant sur les impacts d’un emploi formel, au Sénégal et à Madagascar. Près de 500 employés ont été interrogés dans 10 entreprises différentes, permettant de couvrir plusieurs secteurs, niveaux hiérarchiques et types de contractualisation.

Ces études ont été riches d’enseignements pour I&P. Si elles ont permis de mettre en évidence certains acquis fondamentaux liés à la formalisation (pérennité de l’emploi, accès aux crédits, assurance sociale…), elles soulignent aussi à quel point le sujet est complexe : le choix du formel est loin d’être évident pour une petite entreprise africaine, et le processus de formalisation entraîne un certain nombre d’inconvénients qui peuvent s’avérer dans certains cas rédhibitoires, pour les entrepreneur.e.s comme pour les employé.e.s.

Avec la publication du rapport synthétique, I&P entend diffuser les enseignements de ces études et partager les bonnes pratiques mises en œuvre par l’équipe au fur et à mesure des années d’investissement.

 

                   

L'étude au Sénégal                                                                    L'étude à Madagascar